Article

Edito Juin 2020

La pandémie mondiale, la place des médias dans notre manière de la penser, les mesures sanitaires et économiques prises, ou pas, selon les pays par les gouvernements, les actions/réactions des organisations publiques et privées, sont les éléments majeurs d’une rupture momentanée de nos habitudes.

Les réseaux sociaux ont démontré aussi bien la vitalité des initiatives innovantes que celles motivées soit par l’anxiété, l’inquiétude, soit par des espoirs écolonomiques : le changement de paradigme sociétal à grande échelle espéré se heurte déjà à la complexité et à la puissance des imbrications systémiques de notre économie mondialisée.

Comment garder son calme, son sang-froid, du discernement ? Comment accepter explicitement aussi bien ses peurs que ses idéaux ? Comment développer de la résilience dans l’inédit ?
La supervision joue, plus que jamais, son rôle pour l’élaboration, sans jugement et à partir de ses émotions, d’un positionnement professionnel, protégé du bruit, de l’agitation et des injonctions.
Pour autant, le superviseur est aussi est un citoyen du monde. Sa capacité à rester en présence de sa vie personnelle, au sein d’un méta contexte qu’il prend soin de questionner, lui permet de continuer à réfléchir à ses prises de positions, à ses idéaux, à ses doutes et à ses convictions (politiques, religieuses, économiques) et aussi à ses idéologies (c’est bien, c’est mal, il faut, on doit, c’est ainsi). Ce point est important pour rester en distanciation lors de son travail de superviseur et ne pas imposer sa carte du monde au bénéficiaire supervisé. C’est pourquoi le superviseur professionnel est supervisé et il est en relation avec des pairs au sein d’une communauté d’appartenance dans laquelle il peut s’exprimer.
C’est la mission que se donne PSF, celle de rassembler des superviseurs d’obédiences différentes pour permettre la confrontation, la stimulation, l’élaboration d’une pensée. Pendant le confinement, l’équipe PSF a travaillé sur des propositions concrètes que vous allez découvrir dans cette newsletter : des nouveaux espaces disruptifs vous sont proposés ! Rester en relation et notamment le 6 juillet de 18h à 19h30 pour un WTT, webinaire interactif animé par Karyn Prentice.

Au plaisir de vous voir bientôt – Martine Volle – Présidente

Imprimer
ut in libero justo consectetur risus. commodo elementum Praesent massa ut