Article

Communiqué de Presse : Vers une nouvelle dynamique des métiers de l’accompagnement en France ?

Paris, 6 Juin 2019,

Plus de 3 000 praticiens réunis dans un syndicat professionnel des métiers de l’accompagnement avec le SIMACS

Syndicat Interprofessionnel des Métiers de l’Accompagnement, du Coaching et de la Supervision[1].

 

Le 27 mai 2019, cinq fédérations professionnelles, l’EMCC France, l’ICF France, la SF Coach, PSF et le SynPAAC* ont créé un événement majeur concernant près de 3 000 praticiens à la Maison des Associations de Solidarité, 18 rue des Terres au Curé, 75013 Paris : l’Assemblée Générale Constitutive du SIMACS.

Après 30 ans d’existence en France, le coaching professionnel[1] peut encore être considéré comme émergent alors qu’il a su s’installer dans le paysage socio-économique français.

Après avoir conquis ses lettres de noblesse dans les Comités de Direction des grands groupes français et internationaux, il a su convaincre de sa pertinence comme vecteur de prospérité économique et sociale dans les PME, les TPE, les associations, les collectivités territoriales et, également, dans les administrations d’Etat. Il s’illustre par exemple avec l’Appel d’Offre interministériel lancé pour la première fois cette année par les services de l’Etat avec une enveloppe globale de 1,5 millions d’euros. Cette démarche marque un enracinement durable et apprécié.

Le coaching est de plus en plus plébiscité pour aider les collaborateurs à bâtir leurs solutions, générer de l’autonomie, une meilleure appréhension des changements que vivent leurs organisations, une meilleure anticipation des ruptures et des évolutions technologiques et paradigmatiques.

Loin du flou de la fin des années 80, lors de son apparition, où beaucoup pouvaient s’improviser coachs (peu de formations certifiaient encore à cette époque), le métier de coach professionnel a su se structurer rapidement dès les années 90 autour de certifications privées et de diplômes universitaires, de pôles de recherche, d’accréditations françaises et internationales et a su se faire reconnaître au Registre National des Certifications Professionnelles.

 

Pour améliorer la qualité et la sécurité des accompagnements, les associations recommandent fortement l’usage de la supervision pour les coachs, pratique déjà utilisée par de nombreux autres professionnels de l’accompagnement ou de la relation d’aide tels que les travailleurs sociaux, les personnels de santé ou encore les psychologues.

Le développement de tous ces dispositifs et pratiques, exigeants, techniques et complexes, confirme la nécessité d’en suivre les évolutions, d’instaurer un dialogue pédagogique avec différentes instances dont les Pouvoirs Publics et les médias, et d’informer clairement les clients potentiels sur leurs usages, intérêts et bénéfices. D’autre part, il s’agit de protéger le métier de « coach professionnel » (versus « coach autoproclamé », pratiqué parfois encore par des personnes sans formation spécifique ou sans qualification), et d’informer les générations futures sur la réalité des métiers, de défendre les intérêts de ses membres.

C’est pourquoi 5 associations, mobilisées pour préserver la qualité et l’avenir des métiers de l’accompagnement, du coaching et de la supervision, se sont associées pour créer une nouvelle dynamique avec LE SIMACS :

Le Syndicat Interprofessionnel des Métiers de l’Accompagnement Coaching et Supervision.

 

 

 

 

 


[1] Les métiers de l’accompagnement couverts : coachs professionnels, mentors, facilitateurs, médiateurs et superviseurs.

[2] Un coach professionnel a suivi un parcours de formation spécifique et certifiant, est rattaché à un Code de Déontologie dans une fédération professionnelle, a un espace de supervision pour revisiter sa pratique et ses cas, un espace de développement personnel et suit une formation continue chaque année.

Imprimer
dictum ut venenatis, consectetur elementum non ut tristique amet, Donec