Comment le SIMACS défend nos métiers ?

Les métiers de l’Accompagnement (coaching, supervision, facilitation, médiation, mentoring) sont des métiers à part entière qui apportent depuis plus de 30ans de la valeur à notre économie en soutenant les acteurs du public et du privé. Cette valeur ajoutée, reconnue et validée par nos clients publics et privés, est aujourd’hui une évidence pour tous.

Bien entendu notre métier, comme tant d’autres, subit de temps en temps  des vagues d’attaques  et de dénigrement car il est évident que le développement et  l’efficacité de ce mode d’accompagnement dérangent. Des positions très virulentes ont été récemment exprimées  à l’encontre des professions que nous représentons par quelques  personnalités  médiatiques. Elles dépeignent les métiers du coaching selon le prisme du dénigrement et utilisent l’exemple de  cas particuliers non représentatifs dans le but de généraliser et décrédibiliser.  Alors que la réalité est tout autre(1).

Bien entendu, certains intervenants autoproclamés ne correspondent pas aux valeurs que nous défendons, ne possèdent pas forcément les compétences que nous préconisons à l’aide des institutions qui sont nos partenaires et surtout ne se comportent pas selon le code de déontologie que nous défendons. Ce phénomène existe dans tous métiers  y compris chez les philosophes, les journalistes, les avocats, les artisans, etc.

Le SIMACS constitué d’EMCC, ICF, SF Coach, PSF  et SynPAAC, regroupe en France 3000 professionnels certifiés et reconnus par la profession(2). Le SIMACS est le produit du rassemblement des organisations de professionnels de l’accompagnement, du coaching professionnel et de la supervision qui sont les plus représentatives et fédératrices sur le territoire français métropolitain et ultra marin. Avec sa nature syndicale et  son rattachement à la Fédération CINOV qui le rapproche de la branche BETIC, le SIMACS a toute légitimité pour agir, parler au nom de nos professions toutes entières et les représenter.

C’est pourquoi le SIMACS est légitime pour

Le SIMACS met en place un plan de communication  permettant de faire connaître ses actions dans l’espace médiatique, au travers de son site internet constamment enrichi, de sa présence sur les réseaux sociaux, de contacts et d’interviews dans la presse (tous supports).

En ce qui concerne les actions de dénigrement, nous nous sommes dotés de la capacité à agir auprès des autorités. Nous consultons les conseils juridiques spécialisés. Et nous sommes convaincus que la meilleure défense de nos métiers réside dans sa promotion sans faille, portée par le professionnalisme de chacun d’entre nous, et par des moyens que nous partagerons au fil du temps avec vous (site internet, plaquette téléchargeable et autres outils sur lesquels toute l’équipe est en train de travailler).

Marie-Hélène DINI  Présidente

Nicole Abou-Mazelly  Vice-Présidente

 

Pour toute question, la commission communication du SIMACS est à votre disposition ici : communication (@) SIMACS.fr

 

(1) La 3ème édition de l’étude d’envergure mondiale « 2016 ICF Global Coaching Study » commandée par ICF à PricewaterhouseCoopers LLP fournit une vue synoptique de la profession et toutes les facettes du métier de coach dans le monde entier.

L’étude a été menée sur une période de six mois dans 137 pays avec 15 380 réponses.  L’étude dénombrait environ 53 300 praticiens du coaching dans le monde avec un revenu moyen annuel de 51 000 US$.

88 % des clients coachés ont déclaré qu’ils étaient plutôt ou très satisfaits de l’expérience de coaching et 84 % ont déclaré qu’ils étaient tout à fait susceptibles de recommander un coaching à leurs connaissances.

Bien que la raison la plus souvent citée pour demander un coaching était d’optimiser le rendement au travail individuel ou en équipe, le résultat le plus souvent cité était l’amélioration des compétences en communication (42 %), suivie d’une augmentation de l’estime de soi et de la confiance en soi (40 %) et d’une augmentation de la productivité (39 %).

Parmi les personnes ayant eu l’expérience d’un coaching, 83 % des répondants ont déclaré qu’il était important ou très important que leur coach ait une certification ou un titre de compétence. Fait intéressant, ceux qui n’avaient aucune expérience du coaching estimaient également que les attestations et les titres de compétence étaient importants.

La quatrième étude a été réalisée en 2019 et les résultats seront présentés fin 2020

(2) nombre de coachs adhérents à nos fédérations dans le monde : plus de 60 000 dans 137 pays

Imprimer
neque. et, ut eleifend leo. venenatis,