Quels sont les thèmes que je peux aborder lors des séances de supervision ?

Quels sont les thèmes que je peux aborder lors des séances de supervision ?

La supervision est un moment de prise de recul sur sa pratique qui doit permettre au supervisé de surmonter les obstacles professionnels et personnels qu’il rencontre, grâce à un professionnel de la supervision, formé aux techniques spécifiques et hors du système du supervisé et de sa pratique. A la différence d’une séance de coaching basée sur le demande, la séance de supervision est basée sur les besoins du supervisé.

Ainsi, les domaines abordés peuvent être variés, selon ce qu’est en train de vivre le supervisé, tant au niveau professionnel qu’au niveau personnel. Par exemple, les thèmes abordés peuvent être : la présentation de cas, le « déblocage » d’un cas, le cadre, le contrat, le diagnostic (les hypothèses), les techniques et outils, le transfert / contre-transfert, le reflet systémique, les plans d’actions, les obstacles personnels, la posture professionnelle, le marketing et la prospection, l’éthique et la déontologie.

Emmanuel Muh

Supervision individuelle ou collective ?

Bonjour, Je me pose la question : Dois-je choisir un superviseur individuel ou une supervision collective ?

Selon moi, les deux sont profitables évidemment mais je pense que si vous êtes coach débutant, la supervision individuelle a des avantages certains : grâce à l’alliance que vous aurez conclue avec votre superviseur et le transfert positif qui sera établi, vous bénéficierez d’une écoute bienveillante et encourageante, fort utile quand on est débutant ; peut-être aussi la relation entre vous et lui (ou elle) pourra être modélisante pour vos propres coachings.

Vous pourrez évoquer librement toutes vos craintes et vos doutes en toute sécurité. Votre superviseur aura à cœur de vous donner des permissions par rapport aux règles ou comportements généraux qui vous auront été transmis en formation. Parallèlement, il vous protégera des erreurs de débutant et aussi des conséquences de vos angles morts. Enfin, il vous fera miroir de votre propre puissance de coach dont vous n’êtes pas forcément conscient. Bref, il sera un parent bienveillant dont le seul but est de vous permettre de vous épanouir sur de nombreux plans, notamment intellectuel, du discernement et de l’accueil des émotions.  Ainsi, vous pourrez construire avec lui votre propre identité de coach. Il vous ouvrira aussi à de nouveaux outils et vous incitera à vous former pour élargir votre palette de moyens. Vous pourrez même aborder avec lui la construction commerciale de votre activité de coach.

Je vous conseille la supervision collective dans un deuxième temps car, à ce moment, vous pourrez vous confronter à vos pairs sans peur du jugement, vous profiterez à plein de  l’intérêt principal de cette formule qui est la multiplicité des visions d’une situation que vous apporterez et vous saurez prendre et intégrer ces riches apports. Vous pourrez vous-même contribuer utilement par votre propre point de vue sur les cas apportés par vos collègues à leur clarification des cas et l’élaboration de pistes de solutions. Vous serez grandement nourri de ce sentiment d’utilité et de service aux autres.

Arnaud Constancias, décembre 2012.

Supervision Versus Coaching

En quoi la supervision de coach est-elle différente du coaching de coach ?

Selon Olivier Raynal-Benoit

Les points qui,  pour moi,  permettent de distinguer coaching et supervision, sont multiples, que j’ai identifiés comme en suivant :

Deux echellesLe coaching est souvent orienté solution (ou centré sur la demande), la supervision est avant tout orientée personne et relation (et part du besoin)
L’observation du processus parallèle est une option en coaching, un passage (presque) incontournable en supervision
Sauf dans le cas éventuel de coachs internes en équipe et ayant une hiérarchie formée au coaching, il n’y a pas de tripartite / quadripartite en supervision
La supervision suppose toujours un regard systémique (le superviseur est un élément de plus dans le système) et multiniveaux (comportements, compétences, valeurs, sens), j’enlèverais ce « toujours » en coaching
La transparence sur le processus est souvent pertinente en supervision, pas forcément en coaching
Le cadre (temporalité, objectifs, contrat…) est différent
Centralité du thème de la déontologie en supervision
Centrage sur le développement du supervisé en supervision, pas forcément en coaching (dépend des objectifs)
La supervision est un échange entre pairs, ce qui suppose un certain niveau de vulnérabilité partagée, vision qui peut être différente en coaching, malgré la sacro-sainte position basse !

Selon Gilles Dufour

Pour nous, la supervision de coach demande 7 compétences particulières:

  1. établir un contrat de supervision (différent d’un contrat de coaching)
  2. garantir le processus relationnel
  3. fournir un cadre propice au développement du coach, mentor…
  4. développer la conscience éthique, en particulier par rapport à la charte éthique
  5. adapter sa posture en tant que superviseur basé sur le respect, l’ouverture et l’acceptation, la confiance, puissance et autorité, établir des limites claires, prêt à recevoir des feedbacks de son client, savoir ne pas savoir et hésiter, démontrer son propre engagement, expérimenter et apprendre
  6. se développer
  7. comprendre le collectif

Certaines de ses compétences (en particulier 1,4,5,7) sont très spécifiques au métier de superviseur et demande une formation et expérience spécifique.

Gilles Dufour, décembre 2012.