DIALOGUE DU 22 JUIN 2017

images (11) « Croisons nos pratiques avec curiosité ! »

 

Dialogue autour du référentiel PSF
« des compétences spécifiques du superviseur »

 

 
Se prenant au jeu de la critique bienveillante et du questionnement, Nicolas Koreicho, psychanalyste et psychothérapeute et Arnaud Constancias, président PSF, nous ont offert, lors de la table ronde du 22 juin 2017, un échange constructif autour du référentiel PSF

 
« Les compétences spécifiques du superviseur1 » :

 
– Nicolas Koreicho : Créer un référentiel est ambitieux. C’est une bonne idée pour les superviseurs en formation, débutants ou seniors voulant revisiter leurs fondamentaux. J’ai voulu voir si ce référentiel pouvait correspondre à des superviseurs d’autres pratiques que le coaching, ce que recouvraient les concepts. Dans le point « Expertise et connaissances2», j’ai traduit « l’Intra-psychique » comme une expertise « métapsychique », issue de la métapsychologie et de la psychanalyse, c’est bien cela ?

 
– Arnaud Constancias : oui, on attend du coach professionnel de la compréhension des mécanismes qui nous meuvent (systèmes de défense, etc.).

 
– Nicolas Koreicho : … et sommes-nous d’accord que « l’interpersonnel », c’est avoir une congruence personnelle, savoir créer une relation de qualité ?

 
– Arnaud Constancias: oui comme savoir bien échanger avec une personne et aussi avoir la compréhension de ce qui se joue entre elles.
Pour l’expertise systémique, c’est la compréhension des systèmes car il y a du monde dans la supervision : le coach, son client l’entreprise, les ancêtres… Il s’agit que le coach soit dans la conscience des reflets en cascade possibles (entre autres).

 
– Nicolas Koreicho : Donc vous ne sépareriez pas, la personne, la relation, la personne supervisée, avec des entités plus vastes (les « systèmes » sont appelés les « cadres » en psychanalyse) ?

 
– Arnaud Constancias : La relation première c’est le contrat de développement du coach. Il y a beaucoup d’objectifs : croiser sa pratique, savoir si « je fais bien » pour les jeunes coachs, être rassuré sur son diagnostic, accéder aux angles morts. Le contrat de développement, c’est ; comment le coach forge son identité de coach, ses spécificités, et même parfois grandir dans un milieu économique donné.

 
– Nicolas Koreicho : Il me semble qu’il est pertinent de faire une distinction nette entre :

 

  • la personne et le supervisé,
  • le « Pourquoi doit-il être supervisé ? »,
  • les instances psychologiques mêmes intimes, transférentielles et contre transférentielles,
  • et les « sous-cadres » du supervisé, pour que le supervisé ne mélange pas ses attendus psychiques avec des attendus plus vastes, y compris d’ordre sociologiques. Il y a d’une part une relation précise transférentielle et d’autre part des cadres.

 

– Arnaud Constancias : Comme les coachs, le superviseur pose des contrats de développement, c’est à ce moment là que l’on favorise ces séparations.

 
– Nicolas Koreicho : Il y a un autre point à souligner dans votre référentiel « Conscience et réflexivité3 » Vous précisez que la zone d’ombre doit être explorée avec l’accord du supervisé. J’aurais tendance à considérer que la zone d’ombre doit être au premier plan, que le coach soit d’accord ou pas, car, ce qui vient amoindrir la relation, c’est le flou, la zone d’ombre ou le processus parallèle. Je traduis cela par l’expression de l’angoisse. Tout ce qui est gris, flou ou dans l’ombre, est au contraire l’élément le plus pertinent. C’est l’exploration de l’inconscient qui introduit de la souplesse dans les problématiques rencontrées.

 

Retranscription : Martine Volle-PSF-2017

1 Les thèmes du référentiel PSF : « Expertise et Connaissance », « Conscience et réflexivité », « Ambiguïté et incertitude », « Déontologie et Ethique », « Développement professionnel et personnel », « Identité et Hygiène », « Curiosité et Culture », « Compréhension des systèmes », « Supervision de groupe ».
2 « Expertise et connaissances » – compétence associée :

 

– développer pour lui-même et les praticiens qu’il accompagne une forte expertise dans les trois domaines : intra psychique, interpersonnel et systémique.

 

 

3 « Conscience et réflexivité » – compétences associées :
– développer la conscience des processus parallèles, transferts et contre transferts, chez le praticien et lors de la séance de supervision.

 

– explorer la zone d’ombre du supervisé avec son accord.

Laisser un commentaire